1 an après: Etienne Tshisekedi et le débat “infernal” autour de son inhumation

0
171

Ce jeudi 1 février 2017, plusieurs sympathisants de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), commémorent le premier anniversaire de la mort de leur leader Etienne Tshisekedi. Le premier anniversaire de décès du plus vieux opposant ressuscite le débat sur le rapatriement de la dépouille de l’ancien président de l’UDPS pour les obsèques et l’inhumation dignes de son rang.

Après la mort du leader de l’UDPS de suite d’une embolie pulmonaire le 1 février 2017 à Bruxelles, ses famille biologique et politique s’étaient mobilisées pour garantir des hommages mérités à un ancien premier ministre de la république. Leurs démarches ont été entravées par le gouvernement congolais visiblement par crainte d’une “révolte” des militants de de l’UDPS lors lors des obsèques.

Pour garantir des obsèques sans risque, le gouvernement avait entamé des discussions l’UDPS ainsi que la famille biologique du défunt. Question d’harmoniser les vues afin d’organiser ensemble des hommages nationaux au “sphinx de Limete”. Après des échanges formels entre les deux parties, le gouvernement avait annoncé le début des procédures pour rapatrier la dépouille. De cette concertation, sortira également la décision d’exposer le corps de Tshisekedi au Palais du Peuple, lieu prisé à Kinshasa pour le recueillement et des hommages populaires  pour de grandes figures du pays.

A LIRE  RDC Actualité : La justice précise les mesures d'exclusion des binationaux

Au-delà de ce premier compromis, une autre question persiste : le lieu d’enterrement de l’opposant historique. Les familles biologique et politique du défunt proposent la construction d’un mausolée pour honorer la mémoire de ce grand homme d’Etat. Une exigence de trop pour le gouvernement congolais. Celui-ci souhaite plutôt que Tshisekedi soit enterré dans un cimetière commun en qualité du Premier ministre honoraire. Cette divergence d’avis va établir un climat de méfiance entre les deux parties.

A LIRE  RDC-Actualité : Un autre entrepôt de la CENI attaqué

Il a fallu la sortie médiatique du porte-parole du gouvernement Lambert Mende pour envenimer la situation qui était déjà tendue. Le 8 février 2017, Lambert Mende publie un communiqué dans lequel il annonce la décision du gouvernement de prendre totalement en charge l’organisation des obsèques d’Etienne Tshisekedi. Le porte-parole du gouvernement déclare que sur demande de la famille du disparu, le gouvernement prévoit les titres de voyage pour l’ensemble des membres de la famille biologique pour se rendre à Bruxelles afin de récupérer la dépouille de Tshisekedi.

Cette décision mettra l’huile sur le feu. Le lendemain, les familles de Tshisekedi démentent le communiqué du gouvernement, menaçant même de mettre fin aux discussions avec le pouvoir. Tel est le début d’un long bras de fer qui va opposer le gouvernement avec l’UDPS sur le rapatriement du corps d’Etienne Tshisekedi. Sans oublier la pression de la base qui se montre hostile à l’idée d’organiser les obsèques de son leader avec l’appui d’un gouvernement qu’elle qualifie de “corrompu”. Depuis, plusieurs tentatives de rapatriement du corps de Tshisekedi amorcées unilatéralement par son parti et sa famille biologique connaissent une opposition de la part des autorités congolaises.

A LIRE  Actualité-RDC : L'arrivée de Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe

Le débat autour de son enterrement continu à faire la Une des médias tant nationaux qu’internationaux. Le gouvernement congolais et l’UDPS se renvoient la balle quant au blocage autour de l’inhumation du défunt Opposant historique. Sur fonds de cette joute politique sans issue, la dépouille de “Tshitshi” l’opposant historique traine toujours dans un funérarium à Bruxelles, capitale de la Belgique.

Laisser un commentaire