Blablacar tente de se relancer grâce à un nouvel algorithme

0
103
Employees work at desktop computers in the headquarter offices of BlaBlaCar, operated by Comuto SA, in Paris, France, on Friday, Sept. 25, 2015. Ride-sharing application BlaBlaCar has raised $200 million in funding, bringing the French company's valuation to $1.6 billion as it attempts to expand into new markets and help keep up with growth after its community of drivers more than doubled last year. Photographer: Christophe Morin/Bloomberg via Getty Images

Le leader européen du covoiturage longue distance affine son offre face à la concurrence, en proposant davantage de trajets porte à porte.

Renouer avec la croissance des belles premières années : tel est le défi que s’est lancé Blablacar en 2018. L’inventeur du covoiturage de longue distance, né il y a douze ans, fait peau neuve avec une nouvelle identité visuelle et, surtout, un nouveau moteur de recherche, lancé mardi 30 janvier. Celui-ci est conçu pour multiplier les trajets de porte à porte. Un « pas supplémentaire » sur lequel les fondateurs de la marque fondent beaucoup d’espoir.

Depuis plusieurs mois, en effet, Blablacar connaît quelques cahots. Fini la période d’expansion phénoménale. Le nombre des « blablanautes » avait été multiplié par dix entre 2013 et 2015 ; il n’a « que » doublé entre 2015 et 2017, pour atteindre les 60 millions de membres, dont un quart en France.

A LIRE  Pendant les grèves, Blablacar va proposer des trajets en... bus

Lire aussi :   Blablacar, concessionnaire nouvelle génération

A priori pas de quoi s’alarmer, mais les pertes de parts de marché sont significatives sur certaines destinations phares. « Le paysage du transport n’est pas le même qu’avant 2015 quand ni les cars Macron ni les TGV low cost n’existaient, constate Nicolas Brusson, cofondateur et directeur général de BlablacarSur certaines destinations, nous avons perdu une partie de nos passagers. »

Laisser un commentaire