COCORICO – RDC : Mouvement Citoyen COCORICO dit, NON au projet Hydroélectrique Inga 3

0
385
COCORICO - RDC
Le Mouvement citoyen COCORICO RDC était ce mardi 16 octobre 2018 devant l'ambassade de l'Afrique du Sud pour dire : << non au projet Inga 3 >>. Et l'Ambassade a reçu la lettre ouverte contre le projet Inga 3.

NON AU PROJET HYDROÉLECTRIQUE INGA 3, Remettons d’abord à niveau les barrages hydroélectriques Inga 1 et 2 et en suite développons les énergies intérieures.

 COCORICO-RDC l’accès à l’énergie est un droit

  1. Qu’est-ce que le projet de barrage Inga 3 ?

Le projet Inga 3 prévoit la construction d’un barrage et d’une centrale hydroélectrique de 4 800 MW sur le site des chutes d’Inga, situé à 225 kilomètres (km) de Kinshasa et à 150 km en amont de

L’embouchure où le puissant fleuve Congo rejoint l’océan Atlantique dans la province du Kongo-central. Inga 3 est la première phase de construction du projet hydroélectrique du Grand Inga.

Si le projet Grand Inga se déroule comme

 

Prévu, ce sera le plus grand projet hydroélectrique au monde. Le projet de barrage Inga 3 est l’une des sept phases du Grand Inga et Inga 3 est lui-même divisé en deux phases : “Basse chute” et “Haute chute”. La première phase “Basse chute” prévoit un canal de 12 km, un mur du barrage de 100 mètres de haut, une grande centrale électrique, plusieurs milliers de kilomètres de lignes électriques (par la Zambie et la Namibie jusqu’à l’Afrique du Sud) et un réservoir de 15,5 km2. Lors de la deuxième phase “Haute chute”, le mur du barrage sera rehaussé à 150 mètres, le réservoir s’étendra sur 40 km2 et des inondations seront provoquées jusqu’à 180 km en amont.

  1. Qui bénéficiera de l’électricité produite par Inga 3 ?

Selon les plans actuels, environ la moitié de l’électricité produite sera vendu à l’Afrique du Sud, un tiers sera vendu à des sociétés minières industrielles dans la province du Katanga et le reste sera vendu à la Société nationale d’électricité (SNEL) à Kinshasa. Alors que nos maisons et nos villes sont dans l’obscurité en plus l’argent pour sa construction est une dette de plus de 14 milliards de dollars américains que l’État congolais devra rembourser.

A LIRE  CAN 2019 : Yannick Bolasie s’exprime avant RDC-Egypte
  1. Qu’en est-il avec Inga 1 et Inga 2 ?

En 1972 et 1982, le gouvernement Mobutu de la République Démocratique du Congo, alors appelé Zaïre, construit les aménagements hydroélectriques Inga 1 et 2, avec une capacité totale de production de 2 132 MW. Les deux barrages fonctionnent actuellement à environ 30 % de leur capacité à cause d’un manque d’entretien pendant de nombreuses années. Le site d’Inga était habité par des familles de six clans qui ont été forcés de partir en 1920 sous les ordres coloniaux belges. Les six clans déplacés par Inga 1 et 2 ont été absorbés dans 12 villages existants et un nouveau village autour de la zone.

A LIRE  RDC : Evariste Boshab assigné comme dirigeant de la cellule destinée a l’élaboration du programme de Shadary (Officiel)

En outre, le Camp Kinshasa, qui était un camp pour les ouvriers du barrage, est aujourd’hui habité par les familles déplacées des six clans et par d’anciens travailleurs du projet, leurs enfants et leurs petits-enfants.

En 2006, les 9 000 personnes du Camp Kinshasa devaient quitter les lieux. Cependant, suite à l’intervention des organisations non-gouvernementales (ONG) locales et internationales, les autorités ont jusqu’à présent cessé de donner des ordres aux communautés. Le gouvernement de la RDC n’a jamais rempli ses obligations d’indemniser les communautés déplacées par les barrages Inga 1 et 2, comme promis en 1958. Certaines de ces personnes vivent encore dans le camp de Kinshasa.

  1. Pourquoi dire non au projet Inga 3 ?

– Parce que les barrages d’Inga 1 et 2 qui nous fournissent l’électricité ne fonctionnent qu’à peine à 30% de leur capacité, donc il faudrait prioriser sa mise en valeur plutôt que de construire un autre barrage.

A LIRE  RDC : Fils Mukoko doute de la capacité du prochain ministre de la justice à initier des enquêtes sur l’affaire Chebeya et Rossy Mukendi

– Parce que l’électricité qui sera produite ne sera pas pour le congolais mais pour les étrangers (Afrique du Sud)

– Parce que la population de la zone d’Inga depuis l’époque du Zaïre jusqu’à aujourd’hui n’a jamais été indemnisée et ne le sera jamais et que le nouveau projet Inga 3 va occasionner à nouveau des souffrances au Kongo-central et nous savons parfaitement bien la gestion de notre pays.

– Parce que la construction de ce barrage est une dette de plus de 14 milliards des dollars américains que les congolais devront payer, comme à l’époque de l’endettement du Zaïre par le maréchal rien ne rassure que le Congo payera cette dette. Donc nous serons à nouveau dans une souffrance atroce

« Non au projet hydroélectrique Inga 3 »

Remettons d’abord à niveau les barrages hydroélectriques Inga 1 et 2 et en suite développons les énergies intérieures.

L’électricité au congolais d’abord !

Laisser un commentaire