Goma : Airtel rejette les accusations de la LUCHA et considère son sit-in comme un “non-événement”

0
146
lucha

Les responsables de la société de télécommunication Airtel RDC, zone Est, ont rejeté toutes les accusations portées contre leur entreprise par les militants du mouvement citoyen Lutte pour le Changement “LUCHA RDC” qui manifestent ce lundi 09 septembre 2019 devant leur bureau régional à Goma en province du Nord-Kivu.

Ces manifestants accusent Airtel d’offrir notamment une mauvaise qualité de la connexion pendant les heures vespérales où il est pratiquement impossible de se connecter à internet, d’envoyer un SMS ou de passer un appel téléphonique.

A LIRE  Les partis politiques du FCC renouvellent leur engagement.

Des accusations qui ont été toutes rejetées en bloc par le directeur de cette société dans la partie Est de la RDC (Nord-Kivu, Sud-Kivu et Maniema).

Celui-ci a même qualifié de “non événement l’action la LUCHA”. Tristan, directeur de Airtel dans cette partie de la RDC a cependant réceptionné le mémorandum de la LUCHA tout en leur demandant d’avoir des preuves solides de leurs allégations car “Airtel ne peut pas améliorer ce qui l’est déjà”.

“Je dis merci. Mais il faut avoir des preuves pour accuser. Si vous avez un outil pour vérifier que la qualité est mauvaise, évaluer et venez vers nous. Airtel Money aussi se fait gratuitement, allez dans nos shops vous verrez. Cette manifestation est pour moi un non-événement parce que la qualité de notre réseau est bonne”, a-t-il brièvement déclaré refusant de répondre à toutes les questions de la presse.

A LIRE  RDC Actualité: Ligue 1 Mazembe et Sétif à Lubumbashi !

Des propos qui ont révolté les militants. Ils les ont considéré de “discourtois, d’arrogant, de dénigrant et d’humiliant”.

Ils promettent de passer devant Airtel “tout le temps qu’il faudra jusqu’à être répondu favorablement”.

“Ça c’est cracher sur les congolais. Nous méritons mieux, pas des gens orgueilleux qui viennent seulement nous escroquer. Il crache sur notre peuple et nous allons rester ici, jusqu’à ce que ça fasse mal”, a déclaré Espoir Ngalukiye, un des manifestants.

A LIRE  Échos d'ailleurs : La Coupe du monde, un festin africain

À l’heure de la rédaction de cet article, la tension est montée d’un cran. Les protestataires ont déjà déposé leur mémorandum mais restent devant Airtel, bien encerclés par la police.

Glody Murhabazi depuis Goma

Laisser un commentaire