Moïse Katumbi Chapwe

0
111
Moïse Katumbi Chapwe en 2016.
Fonctions
Gouverneur du Katanga
Janvier 2007 – 29 septembre 2015
(8 ans et 8 mois)
PrésidentJoseph Kabila
Biographie
Date de naissance28 décembre 1964
Lieu de naissanceKashobwe (RDC)
NationalitéCongolaise
ConjointCarine Nahayo Katumbi
ProfessionEntrepreneur
Président de club de football

Moïse Katumbi Chapwe, né le 28 décembre 1964 à Kashobwe au sein de l’ethnie bemba, est un riche homme d’affaires et un homme politique de la République démocratique du Congo. Il est candidat à l’élection présidentielle en République Démocratique du Congo. Il a été gouverneur de la province du Katanga de février 2007 au 29 septembre 2015, date à laquelle il démissionne du gouvernorat et du PPRD. Depuis 1997, il est le président du Tout Puissant Mazembe, club de football congolais, sacré 5 fois champion d’Afrique et finaliste de la Coupe du monde des clubs en 2010.

En 2015, Moïse Katumbi est décrit comme « le deuxième homme le plus puissant en République démocratique du Congo après le président Joseph Kabila » par l’hebdomadaire anglais The Economist et « personnalité de l’année 2015 » selon un sondage mené par le magazine Jeune Afrique auprès de ses lecteurs. Moïse Katumbi Chapwe fait partie de la coalition de l’opposition “Le Rassemblement”.

Il est désigné candidat à la présidence par les opposants du G7, une coalition de 7 partis de l’opposition politique congolaise, en mars 2016, et par les opposants d’Alternance pour la République en mai 2016. En octobre 2016, un sondage mené par l’institut Berci et le Groupe d’étude sur le Congo (GEC) place Moïse Katumbi à la première place des intentions de vote dans l’optique de l’élection présidentielle. Il vit en Europe après avoir été condamné en République démocratique du Congo, ce qu’il dénonce comme étant un harcèlement judiciaire du régime de Joseph Kabila pour l’empêcher d’être candidat.

Histoire familiale

Né le 28 décembre 1964 à Kashobwe au sein de l’ethnie bemba, Moïse Katumbi est né d’une mère congolaise et d’un père grec Nissim Soriano, qui avait fui entre les deux guerres mondiales l’île de Rhodes alors contrôlée par l’Italie fasciste, pour s’établir au Katanga, près du Lac Moero et proche de la frontière zambienne. Son père y développa un commerce de poissonnerie repris ensuite par son frère aîné. Moise Katumbi Chapwe est marié à Carine Katumbi. Il est le frère de Raphaël Katebe Katoto.

Éducation

Moïse Katumbi fait ses études primaires au lycée Kiwele de Lubumbashi. Il a poursuivi sa 5e et 6e primaire à l’école primaire Kabukwikwi et ses études secondaires à la mission de Kapolowe pour y obtenir un diplôme d’état, option pédagogie générale. Il a également suivi une formation de gestion en Zambie.

Carrière privée

Homme d’affaires

Moïse Katumbi a prospéré dans la pêche, s’approvisionnant dans le Lac Moero et faisant la plus grande partie de son commerce avec la Gécamines, une des principales entreprises minières de la région. Son commerce s’étend également à la Zambie et se diversifie : transport, commerce, approvisionnement alimentaire. Il créé en 1987 la société Établissement Katumbi qui regroupe ses activités.

En 1997, Moïse Katumbi crée la société MCK (Mining Company Katanga) active dans les services aux activités d’exploitation du cuivre et du cobalt de la Gécamines.

En novembre 2015, il vend sa principale société MCK à la société française Necotrans. Ses multiples activités développés avant d’entrer en politique au Congo, en Zambie, en Afrique du Sud font de lui un entrepreneur important.

Football

Président du TP Mazembe

Depuis 1997, Moïse Katumbi est président du TP Mazembe. Le TP Mazembe est un club de football congolais qui a remporté 5 fois la Ligue des champions africaine (1967, 1968, 2009, 2010 et 2015) dont 3 fois sous sa présidence et a atteint la finale de la Coupe du Monde des Clubs à Abou Dabi en 2010. Le club remporte la Coupe de la CAF en novembre 2016.

Le TP Mazembe est le premier club non européen ou sud-américain à accéder à la finale du mondial des Clubs.

En 2011, Moise Katumbi Chapwe inaugure un stade flambant neuf avec une capacité de 18 000 places. Ce dernier est le premier stade privé du pays appartenant à un club. La même année, un centre de formation appelé Katumbi Football Académie ouvre ses portes. L’objectif est de former l’élite du football africain. D’importants travaux en 2015 ont permis à l’académie de se mettre au niveau des centres les plus modernes du monde.

Commission stratégique de la FIFA

En janvier 2012, il est élu membre de la commission stratégique de la FIFA.

Carrière politique

En 2006 et en 2011, Moïse Katumbi soutient la campagne électorale de Joseph Kabila. Entre 2007 et 2015 il est gouverneur du Katanga. Il démissionne du PPRD et du gouvernorat le 29 septembre 2015 dénonçant par une déclaration publique les dérives anticonstitutionnelles du régime, le recul de l’État de droit et des libertés individuelles en République Démocratique du Congo et la volonté du Président Kabila de se maintenir au pouvoir au-delà de ses deux mandats constitutionnels . Il appelle par la même occasion à un large rassemblement républicain et démocratique dans le pays. Cette démission provoque un séisme dans le paysage politique congolais.

Le 6 janvier 2016, Moise Katumbi Chapwe prend la parole pour annoncer que “2016 sera l’année où il y aura la première alternance” en RDC.

Député à l’assemblée nationale

Aux élections législatives de 2006, Moïse Katumbi est élu député du Katanga avec plus de 100 000 voix en sa faveur. Il travaille à l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo et à l’Assemblée provinciale du Katanga, puis est élu en janvier 2007 gouverneur de la province du Katanga avec 94 voix sur 102.

Gouverneur du Katanga

Moïse Katumbi est élu Gouverneur de la province du Katanga en janvier 2007 avec 94 voix sur 102. Dès son arrivée à la tête du Katanga, Moïse Katumbi met en place l’interdiction d’exporter les minerais bruts, forçant ainsi les industriels à construire leurs unités de transformation au Katanga, source d’emplois pour les Katangais et de développement pour la province. En 2010, à la suite de la chute du prix du cuivre et du départ précipité des entreprises minières (principalement chinoises) de la province, Moïse Katumbi demande à toutes les entreprises concernées de payer les indemnités de loyer et les taxes dues à la province, sous peine de mettre leurs biens aux enchères. De 2008 à 2013, la production de cuivre du Katanga passe de 800 tonnes à 1 million de tonnes par an.

Les revenus générés avec l’industrie minière permettent le développement rapide de la province.

La construction d’une centrale hydro-électrique sur la rivière Luapula est lancée en mai 2013. Plusieurs hôpitaux sont également construits. Des écoles et universités sont rénovées.

De 2007 à fin 2012, la part de la population alimentée en eau potable passe de 48 % à 70%. Sur la même période, la tonne de farine de maïs passe de 2 200 à 500 dollars. Sur le plan agricole, depuis 2008, un arrêté oblige toute entreprise minière implantée dans la province à aménager 500 hectares de terre cultivables afin de répondre aux ambitions d’autosuffisance alimentaire de la région. La part de dépendance à l’importation passe de 98 % en 2007 à 25 % en 2015.

Entre 2007 et 2015, le nombre d’enfants scolarisés est passé de 300 000 à plus de 3 millions.

En 2007, les employeurs de la province se voient par ailleurs obligés de verser un salaire minimum de 100 dollars à tous leurs employés.

Démission du gouvernorat et opposition politique

Il démissionne le 29 septembre 2015 de son poste de gouverneur et du PPRD en dénonçant le non-respect de la constitution par le gouvernement : « tout est mis en œuvre pour ne pas respecter la Constitution ». Dans une déclaration politique rendue publique, il fustige aussi les « dérives inacceptables » du régime, notamment les arrestations arbitraires et intimidations. Il annonce dans la même déclaration l’organisation de larges concertations citoyennes afin de créer un mouvement républicain et démocratique dans le pays. Le 19 décembre, Moïse Katumbi est signataire de la déclaration du “Front citoyen 2016”, une coalition entre l’opposition et la société civile congolaises engagée pour protéger la Constitution et le respect d’un calendrier électoral en 2016. Il soutient également la création du « Rassemblement », le mouvement principal de l’opposition politique et de la société civile du pays. La majorité des personnalités politiques de l’opposition qui le soutiennent sont des membres actifs du « Rassemblement ».

Candidat à l’élection présidentielle de 2016

Il est désigné candidat à la présidence par les opposants du groupe G7, une coalition de 7 partis politiques de l’opposition issus de la majorité présidentielle, en mars 2016 et par les opposants d’Alternance pour la République, une autre coalition formée par 16 partis politiques, en mai 2016. Le mercredi 4 mai 2016, il officialise sa candidature sur son compte Twitter et par voie de communiqué de presse. Il déclare souhaiter avant tout instaurer l’État de droit afin d’offrir aux Congolais la stabilité, la paix et le développement économique.

Harcèlement judiciaire

Depuis sa démission du PPRD et de son poste de gouverneur, Moïse Katumbi a été victime de tracasseries administratives, d’intimidation et de harcèlement judiciaire à motivation politique. Cet acharnement judiciaire s’est accéléré au lendemain de son annonce de candidature à l’élection présidentielle par l’ouverture d’une enquête sur le supposé recrutement de mercenaires.

Affaire dite des « mercenaires »

En mai 2016, un meeting pacifique de Moïse Katumbi à Lubumbashi est réprimé dans la violence par la police. À cette occasion, un conseiller de sécurité américain, Darryl Lewis est arrêté avec une dizaine d’autres proches de Moïse Katumbi. Ces derniers sont accusés d’avoir été recruté par Moïse Katumbi pour déstabiliser le pays et préparer un coup d’État.

Au lendemain de sa déclaration de candidature à la présidence, la résidence de Moïse Katumbi à Lubumbashi est encerclée par les forces de police et de l’Agence Nationale de Renseignement après que le Ministre de la Justice, Alexis Thambwe, ait ordonné l’ouverture d’un dossier judiciaire à son encontre en assurant détenir « la preuve documentée que plusieurs anciens militaires américains se trouvent actuellement au Katanga à son service ». Le Ministre de la justice parle du conseiller sécurité, Darryl Lewis, toujours détenu depuis son arrestation. L’ambassade des États-Unis contredira immédiatement cette accusation en se disant “préoccupée par les accusations fausses d’activités de mercenariat qui auraient été faites”.

Le 9 mai 2016, Moïse Katumbi se présente à une audience au parquet général accompagné par une immense foule venu le soutenir. L’audience dure plus de sept heures et reprend le 11 mai 2016 pour une deuxième audition. Ce jour-là, la manifestation de soutien pacifique est sévèrement réprimée par les forces de l’ordre. Moïse Katumbi rejette les accusations en bloc et affirme sur son compte Twitter que ce procès est un procès politique, basé sur de fausses accusations et destiné à l’écarter de la course à la présidentielle. Human Rights Watch y voit aussi un procès à motivation politique et dénombre plus de 40 proches de Moïse Katumbi arbitrairement arrêtés. Lors de la troisième journée d’audition, Moïse Katumbi est blessé par les violences policières et évacué pour raisons de santé en Afrique du Sud. Un mois plus tard, Darryl Lewis est libéré de prison sans aucune condamnation, enlevant toute crédibilité aux accusations de l’État contre Moïse Katumbi. À son retour aux États-Unis, Darryl Lewis porte plainte contre deux responsables congolais: l’administrateur de l’ANR, Kalev Mutond et le ministre de la justice, Alexis Thambwe. Il affirme avoir reçu des mauvais traitement et avoir été torturé pendant ses six semaines de détention.

Affaire immobilière « Stoupis »

Après l’échec de l’affaire des « mercenaires » et la libération du seul présumé mercenaire, l’Américain Darryl Lewis, une nouvelle affaire est montée contre Moïse Katumbi, immobilière cette fois. Un citoyen grec, Alexandros Stoupis, l’accuse de lui avoir spolié sa maison à Lubumbashi. Malgré l’illégalité du procès – d’une part, Moïse Katumbi était à l’étranger pour soins médicaux au moment des faits, d’autre part, les faits étaient prescrits puisque la loi stipule qu’un titre de propriété n’est plus attaquable après trois ans, et enfin, le titre de propriété appartient au frère de Moïse Katumbi – ce dernier est condamné à 36 mois de prison et à une amende d’un million de dollars américains avec mandat de prise de corps. Cette condamnation le rend automatiquement inéligible.

Fin juillet 2016, la juge Présidente du tribunal de Lubumbashi, Chantal Ramazani, fuit le pays et dénonce dans un courrier les pressions graves et menaces physiques qu’elle aurait subit du ministre de la justice, de la Présidence de la République, de l’ANR pour faire condamner Moïse Katumbi. Dans un article du Monde daté du 22 septembre 2016, elle explique longuement ces menaces. Elle intervient également à la télévision française sur TV5 Monde et France 24 afin d’expliquer en détails les menaces qu’elle a subies et l’irrégularité du procès. Elle est aujourd’hui sous la protection de la FIDH et vit à Paris.

Nouveau rebondissement fin août 2016, la maison en question n’appartiendrait même pas au citoyen grec en question.

Rapport de la CENCO

Après la signature de l’accord du 31 décembre 2016, obtenu grâce au sacrifice de Moïse Katumbi qui n’a pas bloqué la signature malgré le non-règlement de son cas, les évêques catholiques du Congo, réunis dans la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), ont eu pour mission d’enquêter sur les cas « emblématiques » des opposants, notamment celui de Moïse Katumbi. Dans leur rapport rendu public en mai 2016, fruit d’une enquête de trois mois, ils estiment que « le procès collé à Moïse Katumbi est plutôt un règlement de comptes purement politique ». Ils y dénoncent des « mascarades » et avancent que « la thèse de l’acharnement contre Moïse Katumbi dans le seul but de l’empêcher de se faire élire n’est pas négligeable ». Ils demandent son retour en tant que citoyen libre en République démocratique du Congo.

Comité des droits de l’Homme des Nations Unies

Moïse Katumbi et son avocat Éric Dupond-Moretti ont fait appel à la justice internationale en déposant une plainte contre le gouvernement congolais au Comité des droits de l’Homme afin de dénoncer l’acharnement judiciaire dont Moïse Katumbi et ses proches sont victimes depuis le passage à l’opposition. Le Comité des droits de l’Homme, dans une lettre adressée au gouvernement congolais le 13 juin 2017 exige que Moïse Katumbi « puisse rentrer en République démocratique du Congo et puisse participer librement et en toute sécurité, en tant que candidat, aux élections présidentielles prévues pour la fin de 2017». Jusque là, le gouvernement n’a toujours pas appliqué cette demande de l’ONU.

Prix et distinctions

Le 15 décembre 2012, la Millenium Excellence Foundation décerna à Katumbi la récompense « Black Star d’Afrique 2012 » à Nairobi, au Kenya. La distinction récompense ses réalisations et son rôle modèle de la bonne gouvernance en Afrique.

En janvier 2015, Moïse Katumbi reçut également la récompense de « Leader de football de l’année » décernée par la Confédération africaine de football.

Le 22 décembre, 2015, Moïse Katumbi a été nommé « Personnalité africaine de l’année 2015 » par le magazine africain Jeune Afrique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here