RDC Actualité : Moïse Katumbi annonce son retour à Kinshasa entre le 24 juillet et le 8 août

0
413
Moïse Katumbi

RDC Actualité : Candidat déclaré à l’élection présidentielle, Moïse Katumbi a annoncé son retour à Kinshasa entre le 24 juillet et le 8 août prochain. Sous le coup de poursuites judiciaires dans plusieurs dossiers, l’opposant congolais vit en exil depuis plus de deux ans.

Moïse Katumbi a annoncé son intention de rentrer très prochainement en RDC : « Je ferai campagne au pays, car c’est mon droit et mon devoir, a déclaré le leader du mouvement Ensemble. Ne craignez rien ! Entre le 24 juillet et le 8 août, je serai à Kin [Kinshasa, ndlr] pour m’enrôler », a-t-il écrit sur son compte Twitter, où il se prêtait à une session de questions-réponses avec les internautes.

A LIRE  Politique : LAMUKA est mort

Des dates qui correspondent, selon le calendrier publié par la Commission électorale nationale indépendante, au retrait des formulaires, dépôt et traitement des dossiers des candidats à la présidentielle.

Une myriades d’affaires

Contraint à l’exil depuis plus de deux ans, l’opposant congolais fait face à des poursuites judiciaires dans plusieurs affaires dans son pays. Il doit notamment être jugé le 27 juin devant la Cour suprême dans l’affaire dite des mercenaires.

A LIRE  RDC: Katumbi veut récupérer son passeport congolais.

Questionné par un internaute sur ses démêlés judiciaires, Moïse Katumbi a dénoncé « une justice aux ordres ». « C’est inacceptable, a-t-il estimé. On veut me condamner au plus vite. »

L’ancien gouverneur du Katanga a également fait mention de sa brève interpellation à l’aéroport bruxellois de Zaventem suite à un problème de passeport. « Les données électroniques de mon passeport ont été désactivées suite au passage aux passeports biométriques en janvier, a-t-il expliqué. Le régime m’a refusé un nouveau passeport. Leur intention était claire, me retirer mes papiers. » Des explications à rebours de celles de l’Office belge des étrangers, qui avait déclaré à Jeune Afrique que le passeport en question avait été « falsifié ».

Laisser un commentaire