RDC : la MONUSCO réclame un « procès équitable » pour John Tshibangu

0
193

La Mission des Nations unies pour la stabilisation au Congo (MONUSCO) a souhaité, ce mercredi 7 février, la tenue d’un « procès équitable » pour John Tshibangu, le colonel déserteur autoproclamé « lieutenant général« .

Extradé de la Tanzanie lundi dernier, il est détenu à Kinshasa en attente d’un procès dans lequel il sera poursuivi notamment pour « rébellion« .

« Nous appelons à la tenue d’un procès équitable pour Tshibangu« , a déclaré au cours de la conférence hebdomadaire de presse à Kinshasa Florence Marchal, porte-parole de la MONUSCO, qui, par le Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’Homme (BCNUDH), « suit ce cas », a-t-elle affirmé.

A LIRE  Incendie-ceni : LA CENI confirme la poursuite du processus électoral du 23 décembre

Il (Tshibangu) aura droit à un procès « en bonne et due forme (…) dans quelques semaines ou mois« , promettait lundi dans une conférence de presse le ministre de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba, l’accusant d’avoir menacé de « chasser » le président Joseph Kabila du pouvoir.

L’extradition  de cet homme à la tête du Front du peuple congolais pour le changement et la démocratie (FPCD), une rébellion qui revendique plus de 5.000 combattants mais dont le quartier général n’est pas connu, a été critiquée par les défenseurs des droits de l’homme.

A LIRE  Quand l'arrogance et le manque de sincérité font couler le camp présidentiel

« Nous ne sommes pas en mesure d’affirmer si cette extradition s’est déroulée dans les règles ou non, dans la mesure où nous n’avons pas eu accès au dossier« , a déclaré la porte-parole de la MONUSCO.

Après la répression des marches des fidèles catholiques le 31 décembre 2017, Tshibangu, passé dans la rébellion en 2012 après avoir contesté la réélection de Joseph Kabila (2011), est réapparu en janvier dernier.

A LIRE  SUD-KIVU :THÉO KASI NGWABIDJE,GOUVERNEUR DE PROVINCE LANCE OFFICIELLEMENT À BUKAVU LA 52eme EDDITION DES EXAMENS D'ÉTAT

Dans une vidéo postée en pompe sur les réseaux sociaux (mi-janvier), il a exigé au chef de l’État de « demander pardon aux Congolais » et à l’église catholique, dont les lieux de culte avaient été profanés, puis de « démissionner » dans un délai « maximum » de 45 jours. Sinon, menaçait-il, « je vais le chasser » .

Laisser un commentaire